Prologue.

C'est un jour particulièrement pénible pour moi, Johanna Staune. Staune qui voudrait dire en anglais "pierre" ou encore "sous emprise de substances récréatives" quoique l'orthographe diffère, je l'accorde.

Vous êtes sûrement en train de vous demander si vous avez bien fait de vous aventurer dans cette histoire. Cela, c'est à vous de me le dire.

Pour me présenter (dans le but de mieux comprendre toute cette histoire), je suis : une lycéenne ordinaire, avec des notes qui ne sont franchement pas compromettantes ce trimestre et célibataire à temps plein. A vrai dire, je n'attends qu'une chose : les vacances. Là où enfin, je pourrais me reposer et récupérer le temps de sommeil que je perds tous les matins pour Aller en cours. Je sais que je dois déjà vous fatiguer avec mon cynisme mais après tout, n'est ce pas l'envie de tout étudiant saint d'esprit que de chercher la fin de son martyr? Je vous ai déjà dit, je suis une fille complètement banale (et saint d'esprit paraît-il donc).

Pour en revenir à notre histoire, je disais donc que ce week-end, ma mère me propose de faire un barbecue. Ce qui est cool: ça me permettrait de me changer changeras. Elle me demande d'inviter quelques amies. Pourquoi pas ? Plus on est fous, plus on rit non?

Oui mais voilà. Le hic, c'est que mes amies ne sont plus jamais dispo le week-end... Pour une simple et bonne raison: les copains.

Ah... en tant que célibataire effarouchée, je ne pourrais point comprendre ce qu'il y a de si important dans un mec que l'on ne peut même plus s'accorder quelques heures avec nos amies en dehors des murs du bahut. Mais bon, ça c'est mon avis. J'en suis à la fois vexée et pourtant, je ressens un petit (tout petit hein) sentiment de supériorité. Au moins moi, je ne serais jamais à ce point dévouée à mon mec, j'en ai la certitude.

Je regarde ma mère qui installe le four à barbecue alors que mon père s'allonge tranquillement dans son transat en baignant…dans l'ombre. Sa peau, génétiquement fragile, est très blanche et il attrape facilement des carcinomes basocellulaires quand il se met trop au soleil... J'aime bien le taquiner en le comparant à un vampire pour éviter de lui montrer à quel point je suis inquiète pour lui. Ma sœur, trop obnubilée par son monde virtuel, ne relève même pas les yeux de son téléphone quand je lui tends une assiette. Je soupire d'agacement. Ce parc est si beau ! Si seulement je n'étais pas la seule à le voir…

Je vous passe les détails des mâchouillages et autres de notre repas –autre étant ma sœur Alexis essayant d'attraper le poivre en renversant la bouteille d'eau. S'ensuit un reproche puis une dispute, comme d'habitude-.

Une heure plus tard, les excuses étant échangées, nous nous sommes tous allongés sur l'herbe pour voir la forme des nuages. Très vite, mes parents et ma sœur s'endorment, emportés par le vent doux et le ventre plein. Quant à moi, impossible de faire une sieste. Je pense pouvoir compter le nombre de sieste que j'ai faite depuis ma jeunesse sur une seule main. Je m'adosse donc contre un arbre et continue tranquillement mon bouquin nouvellement acheté. Je suis plongée dans les réflexions de ma narratrice quand tout à coup, je sens quelque chose me percuter à toute vitesse. Poussant un cri de sursaut, je cherche la source de mon dérangement, m'attendant à voir un animal sauvage s'enfuir en courant. Mais ce n'est qu'un ballon de foot. Je tourne la tête à droite puis à gauche pour chercher son propriétaire, qui ne doit pas être très loin. Le voici en train de courir vers moi. Il s'arrête quand il me voit et me sourit d'un air désolé.

« Désolé, Félix tire aussi bien qu'un aveugle, me dit-il en pointant son ami resté plus loin. Est-ce que ça va ? me demande-t-il en me regardant d'un air à la fois inquiet et embarassé.

- Ah...oui, lui répondis-je en me souvenant avoir crié. Plus de peur que de mal...

- Ouf... D'ailleurs, moi c'est Max.

Et de manière inattendue, il me tend sa main. Je la serre, quelque peu méfiante.

- Johanna.

Il récupère son ballon et s'éloigne avant de se retourner vers moi:

- C'est cool le barbecue en famille, hein ?

Il est déjà loin quand je décide qu'il faudrait définitivement que je revienne faire un barbecue ici. Une idée germe déjà dans mon esprit. Une idée folle et tellement tirée par le cheveux que je me demande comment elle a pu me venir. Mais si elle marche, elle pourrait tout changer...

-.-.-.-.-.-.-

Deux semaines après ma décision, mes parents acceptent de refaire une petite sortie pique-nique. Ne pouvant compter sur mes copines en couple, j'ose quand même y inviter Camille, une fille de ma classe, et Morgane et Clara qui sont dans mon groupe de musique. Éventuellement, le soleil se met à briller et le parc est abondé de sa jolie clarté. On se met à l'ombre pour ne pas cramer sur place comme les steaks du barbecue et j'aperçois, de loin, la forme de Max. Excellent.

« Barbecue avec tes amies cette fois ? me demande-t-il en arrivant, sa balle de foot au pied.

Derrière lui, son équipe l'a suivi et je repère quand même quelques regards curieux dirigés vers mes amies. Celles-ci font d'ailleurs comme si elles ne les avaient pas remarqué mais j'ai bien vu que Clara relookait totalement le beau blond du groupe. J'échange un regard amusé avec Max.

- Oui en effet. D'ailleurs, Max, je te présente Camille. C'est grâce à elle que j'ai la moyenne en maths ce trimestre. Elle est formidable, louais-je alors que les deux se serrent la main.

Je le vois dans les yeux de Camille : c'est le coup de foudre. Elle est déjà raide dingue de Max, le beau brun au sourire d'ange. Ce dernier semble soit amusé soit ravi d'être le centre d'intérêt d'une si jolie fille. Étrangement, je ne pourrais expliquer pourquoi, mais une impression de satisfaction s'empare de moi. Comme si je n'étais même pas surprise, au contraire, que j'avais pressenti ce mariage.

Clara me prend de côté discrètement pour me dire de lui arranger le même coup avec le blond qui lui a, sans aucun doute, tapé dans l'œil. Le choix de ces mots me fait presque rire. "Arranger le coup", comme si j'abais prémédité le coup.

Je fais donc la même chose pour Clara et dès que je la présente à Félix –ahah ! C'est donc lui qui m'avait envoyé la balle dans le pied !-, c'est comme si je ne faisais même plus partie de leur monde. Au lieu de m'agacer, ce qui m'arrive quand je suis réduite à tenir la chandelle, je suis plutôt ravie. Je viens de me rendre compte que je me plais énormément à faire les entremetteuses…

Le barbecue s'annonce fun.

Avant que vous décidiez de me tirer par les cheveux, mes chères lectrices, sachez que non, je ne laisse pas tomber la première fic "Je ne vais pas apprendre à ton petit-ami comment danser avec toi", j'ai juste au cette idée dans la tête depuis un bon moment et j'ai décidé de faire deux fics que je publierai en parallèle.

XOXO,

ChillinSmoothie