Qui prendrait la décision de tout perdre ? De perdre son tout, volontairement, de son plein gré, et en connaissance de cause alors qu'il est en pleine possession de ses moyens. Je vais vous dire une chose, cette personne n'est pas moi, en tous cas n'est pas mon moi actuel. Parce qu'un jour cela arrivera peut-être, sûrement même. Un jour je perdrai volontairement, de mon plein gré, de mon propre chef, bref, un jour je perdrai tout, un jour je perdrai mon tout. Pour le moment cela me fait peur. A qui l'amour ne ferait-il pas peur ?

Notre relation est ce qu'il y a de plus stupide. Mes sentiments ne me seront jamais retournés et je le sais. J'ai parfaitement conscience qu'elle a choisi de céder à la facilité. Se laisser aimer sans rien promettre, mettant même en avant le fait qu'il n'y a aucune promesse entre nous. Je pense qu'il y a quelques temps ça ne m'aurait pas dérangée, mais il y a quelques temps je n'étais pas aussi amoureuse que je le suis maintenant. Est-il possible de tomber toujours plus amoureuse de la même personne ? Je suppose que oui, et je pense que c'est ce qui m'a fait accepter, «Je prendrai ce que tu voudra bien me donner.». Ce sont mes mots, ou alors j'ai dit une phrase qui y ressemble étrangement. L'amour rend bête, je l'ai toujours dit, et je le maintiens. Heureusement, gente dame qu'elle est, elle m'a dit que si d'aventure cela ne me convenait plus il me suffirait de le lui dire. Ces mots sont bien gentils, mais moi je sais ce qu'ils signifient. Ils veulent simplement dire que je n'aurai plus rien, peut-être son amitié et le droit de prendre mes distances. Pour faire court, cela signifie tout perdre. «Tout» ce mot peut laisser penser que j'exagère, et c'est le cas mais pas tellement quand on y réfléchit. Tout, c'est le désir, la tendresse et l'affection que j'ai le droit d'exprimer et ces mêmes choses que j'ai le droit d'attendre d'elle. Alors peut être que ce n'est pas tout, mais c'est déjà beaucoup, c'est déjà tellement. Je sais qu'un jour je perdrai ces droits, mais pas maintenant, pas alors que je l'aime et qu'elle ne me repousse pas. Pour l'instant il ne m'est pas envisageable de les perdre par choix, de ma propre volonté, non. Je ne dirai pas jamais parce qu'il est probable qu'un jour je change d'avis. Mais ce jour me paraît tellement irréel et lointain pour le moment que j'ai envie de dire ce «jamais !». Notons le point d'exclamation qui exprime à la fois la détermination, l'angoisse et la colère. La détermination surtout, le reste vient pour les quelques dixièmes de secondes où l'on pense que ce jour arrivera fatalement.