Écrit dans le cadre du 365 Drabble Days, un truc inventé, inspiré du "The One Drawing A Day Challenge".
En gros j'écris un Drabble par jour sur le thème donné, en sachant que même si je dis "Drabble", je ne reste pas fidèle à la définition de Drabble: J'écris sur ce que je veux (fictif, réel, original, fandom etc) tant que je veux/peux. Ça peut faire une phrase comme quinze pages. J'arrête dès que je n'ai plus d'inspiration ou que je décide avoir fini. C'est un exercice que je fais pour moi, pour m'inciter à écrire et à faire appel à mon imagination sur demande. Voilà, bonne lecture!


10 - Breathe again

(musique écoutée en écrivant: I See Fire - Ed Sheeran)


-Hhh..

Les poumons se gonflent et se dégonflent à une vitesse folle. Une pompe incontrôlable.

-Hhh..

Le sang déserte ses jambes, ses mains. Et son torse qui enfle et s'aplatit dans un rythme infernal.

-Hhh..

Elle voit plus qu'elle ne sent les mains se poser de part et d'autre de son visage et lui relever la tête. Elle entend des mots qu'elle ne comprend même plus.

-Hhh..

Des étoiles qui dansent devant les yeux. Le monde tourne. Et toujours son souffle qui va et vient dans sa poitrine.

- ..

Quelque chose se referme sur ses entrailles et la courbe en deux. Plus de souffle. Plus d'air. Une seule pensée: Je vais mourir.

- ..

Le visage crispé. L'effort. La douleur, presque au-delà du physique. La bouche ouverte dans le vide.

- ..

Elle lutte. Encore. Et encore. Essaie de défaire ce nœud d'intestins.

-Hhhhhh!

La barrière intérieure cède. Elle respire à nouveau.

[ ]

La lumière. Loin au-dessus. Très loin.
Les ténèbres. Dessous. Dans les profondeurs.
L'eau. Tout autour. Partout.
Nager
La surface hors de portée. L'oxygène aussi.
Le temps de remonter, la mort aura gagné.
Nager.
Des jambes qui battent trop lentement. Des bras tellement courts.
Des poumons inutiles dans ce milieu. Le restant d'oxygène qui s'amenuise.
Nager.
Pousser vers le haut. Encore.
Tout donner pour gagner la libération. Tout faire pour ressortir
Nager.
La forme ondulante blanche qui s'élargit.
Les ténèbres qui se dérobent peu à peu.
Nager.
Plus qu'un effort. Plus vite. Plus fort.
L'air de l'autre côté de la surface paraît presque visible.
Nager.
Émerger.
Respirer.

[ ]

Après tant d'effort, l'épuisement. Après avoir tellement retenu puis relâché la respiration, le repos.
Repose la tête en arrière. Lente expiration.
Question.
Ouvrir les yeux et chercher du regard.
Le voit. Plein de sang écarlate, mais dessous, une teinte bleuâtre et sombre. Aucun mouvement.
Panique. Ce n'est pas normal. Que se passe-il?
Bouge, se redresse. Vite.
Se fait repousser en arrière à la fois délicatement et sans ménagement.
Peur. Angoisse.
On le porte. On l'éloigne.
Reviens!
Un cri.
Un cri aigu qui s'élève lentement, perçant. Le bleu disparaît, remplacé peu à peu par le rose.
Figée. Stupéfaction. Tend les bras.
On lui donne.
Il bouge. Il est chaud. Il crie.
Le bébé respire.

[ ]

Les valises sont bouclées. Cette fois, je suis prêt à partir. Je vais le faire.
Une relation empoisonnée qui m'a rongé et dévoré pendant trop d'années.
J'étouffais, je ne voyais même plus le ciel qui s'étendait au dessus de moi.
Ça suffit. Si je veux avancer, je dois quitter tout ce qu'elle m'a imposé.
Je prends mes affaires, je passe le pas de la porte et je sors dans la rue.
Après tout ce temps emprisonné et enchaîné, me revoilà. Je respire enfin.