Bonjour, bonsoir

Voilà le vingtième chapitre de mon histoire intitulé Fruit Défendu.

Bonne lecture.


Chapitre 20 : le professeur dans l'ombre

Un silence de mort régnait au sein de la classe. Tous les élèves, sauf les absents, regardaient le professeur qui notait des instructions sur le tableau. Apparemment il ne semblait pas trop préoccupé que certains ne soient pas présents comme par exemple Zegoora ou Funaba. Par ailleurs, il ne prêtait aucune attention à ceux qui ne désiraient pas participer à son cours. Il laissa donc Chitomi lire son magazine de mode, les otaku jouer à une console, ou encore Zeno dormir la tête sur son bureau sous le regard attendrit de Yaminekoshi. Il constata par la même occasion qu'une certaine aura émanait chez certains élèves qui contestent son autorité. Lorsqu'il se retourna pour faire face à l'ensemble de la classe ses yeux s'arrêtèrent sur une fille en particulier. Elle avait un regard noir et se mordait les lèvres comme pour indiquer sa frustration ou sa colère. En Regardant de plus près on pouvait constater que toute sa fureur contenu en elle bouillonnait. Dès lors où son regard croisa celui de l'enseignant elle secoua la tête et ferma les yeux. Le professeur hocha imperceptiblement le haut de son corps avant d'observer à nouveau le comportement des autres élèves. Comme à l'accoutumé Keiro et la fille aux longs cheveux blancs donnaient l'impression de voir des poupées immobile assises sur des chaises. Le reste de la classe était partagé entre ceux qui écoutaient vraiment : Miyumi, Kurura, Herana et ceux qui en avaient rien à faire des choses que le professeur pouvait raconter : Mahina, Deiko, Okinari... Tout ce beau monde faisait vivre les cours en fonction de l'humeur de chacun. Parfois on entendait des rire ou des insultes, par moment des critiques sur l'enseignement du professeur fusaient mais en globalité il n'y avait presque aucun accrochage depuis un certain temps. Enfin, l'adulte savait parfaitement que ses élèves attendraient bien le bon moment pour frapper fort contre lui. C'est en outre pour ce genre de raison qu'il décidé ouvertement de les laisser faire. Après tout, n'avait-il pas fait une promesse auprès de la fille de son amie d'enfance ? Et cette promesse, n'avait-elle pas prit un nouveau sens lorsque cette fille et sa meilleure amie avaient passé une nuit chez lui car elles l'avaient espionné durant la journée ? Selon lui, si Miyumi avec son groupe essayerait de concocter un plan pour qu'il soit virer. Alors sans l'ombre d'un doute un mouvement similaire s'opérerait chez ceux qui contestent son autorité. Il ne pouvait pas en être certain, seulement cela semblait être la chose qui arriverait. En effet, parmi les élèves il y en avait un qui n'arrêtait pas de bouger dans tous les sens sur son bureau. Il regardait à droite, à gauche, en haut et par la fenêtre. Ce garçon faisait tout pour ne pas fixer le tableau de peur de croiser le regard de l'enseignant. Heureusement pour lui, son foulard camouflait bien son visage. Soudain, l'attention du professeur fut attirée par la main levée d'une fille. Elle aussi, d'une certaine manière n'approuvait guère les agissements de l'adulte mais depuis peu elle montrait moins les crocs si l'expression le permet. Dès lors où cette fille laissait sa colère l'envahir on avait l'impression de voir un félin attendant de manger sa proie. Toujours la main levée elle attendait qu'on lui donne la parole. Ce doutant certainement des intentions de la fille le professeur annonça une pause de quinze minutes pour tous les élèves.

Des bruits de chaises retentirent dans la salle pendant que l'adulte alla s'asseoir à son bureau. Il voyait la moitié de ses élèves sortir de la salle pour sans nul doute se dégourdir les jambes. Gentaru et Satoru n'étaient pas de cette avis car ils étaient restés à leur place toujours à jouer à leur console mais cette fois-ci ils bavardaient entre eux. Une chevelure noire se leva tout à coup de son bureau en marchant lentement jusqu'au tableau. Une fois près de l'enseignant la douce voix de la fille à qui appartient cette chevelure parvint uniquement aux oreilles de l'adulte.

-Kyuuta... Ma mère aimerait t'inviter à la maison.

-Aucun soucis. Pour quelles raisons ?

-Je ne sais pas trop. Elle a vraisemblablement retrouver de vieux souvenirs dans un carton ou elle souhaite te parler du passé. Elle m'a juste demandé de te transmettre le message. (expliqua-t-elle en tirant la langue).

-D'accord. Quand est-ce qu'elle...

-Dès que tu le peux. Elle sait que tu es débordé avec nous. Je lui aie pourtant démontrer à plusieurs reprises que tu pouvais venir dès ce soir par exemple mais elle a insisté pour ne pas trop te déranger. Tu commences à me connaître, non ?

-Ta mère t'a dit de ne pas me déranger et tu fais consciemment l'inverse... Dans tous les cas je passerais la voir au plus vite. Ce soir ne m'arrange pas trop car j'ai déjà un truc de prévu...

-Avec ton « amie » ? Tu sais celle qu'on a vu...

-Non, j'ai autre chose en tête. (affirma-t-il sans trop convaincre son élève).

-Mouais... Si tu préfères t'amuser à la place de venir à la maison c'est toi qui vois. Après tout je transmets seulement le message.

-Je te laisse libre recours à ton imagination pour mon activité de ce soir. De loin tu devineras jamais ce que je ferais.

-à part t'amuser avec une fille je ne vois pas d'autres options. Ah, si, préparer des examens ou espionner tes élèves ! Je serais vraiment étonnée si tu parvenais à le faire à notre insu.

-Oh, tu sais... Vous arrivez bien à prendre en filature des adultes. Et je ne parles pas que de ton groupe !

-Peut-être ! Mais fais attention à toi. Elle est loin d'être aussi gentille que moi. Bon, je crois que je dirais à ma mère que tu viendras dès que t'en as le temps.

-Merci petite peste !

La pause étant terminé le professeur reprit son cours là où il s'était arrêté. Bizarrement le nombre de place vide avait augmenter. Résigné à continuer ses explications il ignora les nouveaux absents qu'étaient le garçon au foulard, la fille aux cheveux bleus, le costaud de la classe et Sekuura. Le reste, parmi ceux présents, écoutait chaque explications. Jusqu'à la fin du cours l'enseignant continua sans interruption à parler alors que certains élèves commençaient à tomber de fatigue. Comme à son habitude l'adulte attendit patiemment pour être le dernier à sortir de la salle. Il regarda donc la blonde rigoler au passage de la déléguée devant elle. Le rire s'estompa lorsque le regard de la fille croisa celui du professeur. Tout de suite après elle quitta les lieux. Quelques minutes plus tard l'enseignant rangea ses affaires et marcha dans le couloir pendant un long moment avant de percuter une personne.

-Oh excuses-moi !

-Ce n'est rien professeur. J'attendais que vous...

-Elle t'embête toujours ?

-Euh... Je ne sais pas... Mais j'ai entendu des choses...

-Quel genre de choses Herana ?

-Je crois, enfin je ne suis pas sûre, que vous ne devriez pas rester seul.

-Ne t'inquiètes pas là-dessus. Je ne risque rien pour le moment.

-Vous êtes sûr monsieur ?

-Tu devrais rentrer chez toi. Ta mère pourrait sans doute s'inquiéter.

-Mais...

-Je te remercie pour l'avertissement. J'essayerais de ne pas trop vous impliquer dans des histoires compliquées.

-Euh, d'accord.

La jeune fille laissa l'enseignant seul dans le couloir. Il hocha imperceptiblement la tête en la regardant partir. À son tour l'adulte marcha hors du couloir pour se retrouver à l'extérieur du bâtiment. Il emmena ses affaires jusqu'à chez lui attendant patiemment que le soleil se couche pour enfin réaliser la tâche qu'il devait accomplir.

Durant la nuit le professeur entama une balade nocturne dans la ville. Les rayons de lune illuminent les différentes rues sur le chemin qu'emprunte l'adulte. Il tournait à droite, puis à gauche, retournant parfois en arrière. Marchant des heures l'enseignant effectua un circuit indéfinissable comme si il voulait fuir ou échapper à quelque chose. Au bout d'un moment il finit par disparaître totalement dans la nuit obscure. Lors du lendemain matin on apprend qu'il est absent pour le cours...


Qu'en avez-vous pensé ?

À bientôt pour le chapitre 21.