Bonjour, bonsoir

Voilà le troisième chapitre de mon histoire intitulé Valderan.

Bonne lecture.


Chapitre 3: BRAVER LES DIEUX OU SE SOUMETTRE AU DESTIN

Sur certaines routes du royaume des chevaliers marchaient le long des rivières vers une direction précise. La reine, suite aux recommandations incessantes des paysans et des nobles, ordonna l'extermination immédiate de quelques uns de ses sujets qu'on appelait les démons des montagnes. Un premier convoi de vingt hommes a été envoyé dès l'approbation de tout ce petit monde. Plusieurs autres, souvent accumulant entre 5 et 50 chevaliers suivirent la manœuvre. Le royaume était en émoi devant cet enthousiasme soudain pour la mort d'un petit groupe de personne. Rien ne pouvait arrêter les mouvements des troupes.

Le long d'une rivière non loin d'une forêt une silhouette assez sombre courait magistralement sur la neige sans laisser de trace sur son passage. Munit de sa lame et d'un arc l'ombre parcourait de grandes distances sans s'essouffler en restant sur ses gardes. À quelques mètres de là cinq silhouettes marchaient près du bord de la rivière. L'ombre s'arrêta un moment avant de bander son arc. Dans son champ de vision il y avait trois cibles potentielles faciles à atteindre. Une flèche parti rapidement dans la gorge du chevalier semblant le plus baraqué et ne nécessitant pas de protection nécessaire. La seconde flèche atteignit sa cible sans le tuer. Les chevaliers surpris essayaient de comprendre d'où venait chaque projectile. L ' ombre continue de tirer deux autres flèches tuant la troisième cible et aggravant la blessure du deuxième chevalier touché. Le noble avec le plus d'autorité parmi la petite troupe repéra l'ennemi puis ordonna de le charger. Ce dernier rangea son arc dans le dos avant de retirer sa lame de son fourreau en cuivre. Un affrontement débuta entre l'inconnu et les chevaliers.

–Attrapez ce vagabond! Je veux qu'il souffre autant que moi et nos compagnons morts!

L'épée du premier chevalier en armure légère frôla de justesse un bout du pantalon gris-vert du jeune garçon. Celui-ci esquiva la charge de l'autre ennemi vêtu de la même armure puis trancha la main de l'un des deux chevaliers le plus proche de lui. Il en profita pour sauter sur celui troublé par ce geste pour planter sa fine lame dans la gorge. Un nouveau chevalier tomba raide au sol. Son sang et celui de son camarade au coupé principal teinta la neige qui vira au rouge en quelques secondes. Le garçon récupéré rapidement son arme avant que puisse réagir les deux derniers opposants déjà blessés. Comme enragé le chevalier à ses côtés se jeta sur lui. Tout deux percutèrent le sol le garçon en dessous avec une lame pointée vers le ciel. Sans rencontrer aucunes résistances l'arme entra progressivement sur le flanc droit du chevalier. Ce dernier convulsa avant de mourir pitoyablement. Le jeune homme au bandana violet se releva légèrement essoufflé. Son regard montrait une détermination sans faille. Il avança vers le dernier ennemi en menaçant avec son arme.

–Quel est ton but chevalier?

–Ordure! Commentez oses-tu vagabond? On ne massacre pas des chevaliers du royaume sans en payer les conséquences!

–Je vois. C'est ainsi avec vous ... On peut attaquer un village pour des croyances stupides mais on n'a pas le droit de s'en prendre à l'autorité suprême qui s'acharne à tuer tout être vivant!

-Diffamation ! Blasphème! Le royaume ne tuera jamais des innocents!

–Alors pourquoi vous en prendre aux démons des montagnes justes pour des rumeurs lancées par des paysans que vous n'arrivez pas à nourrir?

Le chevalier reculait de plus en plus en voyant le garçon avancer vers lui. Il s'arrêta quand sentit de l'eau au niveau de ses pieds. La main sur la garde de son épée il trembla légèrement en tentant de rester calme.

–Ce sont des démons! C'est normal de les tuer! Ils doivent déjà être assiégés ...

–Dans ce cas tu m'en vois vois navré ...

En moins de trente secondes le jeune homme sauta du sol sur le chevalier en effectuant un mouvement horizontal avec un boiteux. Une giclée de sang aspergea les alentours alors que le corps du chevalier tituba avant de tomber à la renverse. Sa tête voltigea dans les air pour chuter dans l'eau de la rivière.

–Fais chier! C'est la deuxième escouade que j'extermine en deux jours! J'espère vraiment ne pas arriver en retard pour sauver mes amis de la montagne ... ZARLA bats-toi encore jusqu'à mon retour!

Le jeune garçon essuya sa lame dans l'eau ainsi que les flèches qu'il a utilisé et récupéré sur les cadavres. Il fouilla aussi ces derniers pour trouver un minimum d'informations qui pourraient être utiles. Sur le cadavre du chevalier à la tête coupée il a trouvé un bout de papier imbibé de sang. Il le secoua avant de le déchiffrer. Malgré une certaine difficulté pour lire le continu du papier à cause du sang il a conclu que ce papier était une carte de la région. Plus précisément il y a d'une carte détaillée de la zone entourant les montagnes dans les présentes habitent les fameux démons. Le garçon repéra facilement l'entrée qu'il a toujours utilisé pour aller dans l'édifice en dessous de la porte noir et rouge. Une choisi l'intrigua tout de même sur cette carte. À l'opposé de l ' entrée habituelle il remarqua un trait noir sur le papier indiquant un éventuel passage. Il comprit tout de suite ce que ça représentait. Son peuple était vraiment en danger. Lui seul était être en mesure de stopper le drame qui se préparait.

Le temps s'écoula plus vite que prévu. Le jeune garçon avait parcouru une longue distance mais il n'était pas encore arrivé au niveau des montagnes. C'est ainsi dans un état de résignation qu'il s'arrête près d'une forêt. De la fumée en émanant montrant de ce fait qu'une présence humaine était toute proche. La main sur la garde de sa lame il s'élança silencieusement dans cette forêt pour voir quel individu mystérieux s'y trouverait. Il traverse un léger chemin jonché par une multitude d'arbres et de racines au sol. La nuit est venue tout juste de tomber offrant un spectacle lumineux impressionnant. Les branches des arbres comportaient encore toutes les feuilles possibles malgré la neige environnante. La lumière des rayons de lune se faufilait entre tout ça pour éclairer magnifiquement les lieux. L ' endroit d'où provenait la fumée devenait plus vaste. Une silhouette se trouve devant un petit feu de camp probablement entrain de manger de la viande. Il ne semblait y avoir qu'une seule personne dans les alentours. D'ailleurs l'accoutrement de cet individu laisse à croire que c'est un voyageur solitaire. Des bottes en cuir abîmées, un pantalon à fourrure avec des protections aux genoux et un long manteau bleu foncé à capuche recouvrait tout le corps. Le jeune garçon tenta de se rapprocher mais fut surpris de voir la silhouette se retourner vers lui. accoutrement de cet individu laisse à croire que c'est un voyageur solitaire. Des bottes en cuir abîmées, un pantalon à fourrure avec des protections aux genoux et un long manteau bleu foncé à capuche recouvrait tout le corps. Le jeune garçon tenta de se rapprocher mais fut surpris de voir la silhouette se retourner vers lui. accoutrement de cet individu laisse à croire que c'est un voyageur solitaire. Des bottes en cuir abîmées, un pantalon à fourrure avec des protections aux genoux et un long manteau bleu foncé à capuche recouvrait tout le corps. Le jeune garçon tenta de se rapprocher mais fut surpris de voir la silhouette se retourner vers lui.

–Plus un geste!

La voix résonna les oreilles du jeune homme. Il haussa les épaules de dépit avant de se montrer à l'individu. En regardant de plus près il remarqua une dague argentée qui pendait à la ceinture de ...

–Bonsoir! J'ai bien cru qu'il y avait plus de monde ... T'es tout seul?

Plus il entendait la voix de cette personne plus il confirmait son impression. Il jeta un dernier coup d'œil sur le visage de son interlocuteur avant d'afficher un léger sourire emplie de tristesse.

–Seul? En effet je le suis. À vrai dire je suis assez presser. Je ne peux donc pas m'engager dans un groupe pour accomplir mon objectif.

–Je vois. T'es un type bien alors! Tu veux manger un bout avec moi? Je serais ravie de partager mon repas avec quelqu'un.

En restant sur ses gardes le garçon des montagnes se joignant aux côtés de l'inconnu. Il accepte avec plaisir le morceau de viande qu'on lui tendait. Cela voulait faire plusieurs jours, sans compter le petit passage avec la fille du lac, qu'il n'avait pas manger de la nourriture aussi consistante. Son attention se portait tantôt sur la chaleur du feu tantôt sur la personne assise à sa droite.

–Commenter t'appelles-tu? J'aime bien connaître le nom des gens avec qui je partage quelque chose.

–Navré, j'en n'ai aucune idée.

–Vraiment? Hum ... Après tout c'est assez fréquent dans cette partie du continent. Tu connais au moins tes origines ou l'endroit dans lequel tu as vécu?

–Sans savoir qui j'ai devant moi je ne peux pas me permettre de dévoiler certaines choses.

Un silence fit place autour du feu durant un bon moment. L'inconnu se balançait de droite à gauche semblant hésiter à continuer la conversation.

–D'accord ... Moi c'est PHINÉA. Je suis heureuse de faire ta connaissance monsieur «sans nom»! Je m'excuses si j'ai été trop intrusive. J'ai tendance à trop m'intéresser aux autres.

–Ce n'est rien. Moi à l'inverse je ne suis pas trop habitué à discuter avec quelqu'un.

–Je comprend tout à fait. J'étais pareille lorsque j'étais petite! Dis-moi, est-ce que tu sais des choses sur ce monde?

Découvrant son visage qui était dissimulé par la capuche une jolie chevelure blanche cascada grâce à une petite brise nocturne. Les joues légèrement arrondies, le menton fin et des yeux vairons violet et rouge teintés de bleu. Voilà à quoi ressemble le visage de la fille assise face au feu de camp. Elle souriait pendant que le garçon continuait de manger sa viande en soutenant le regard.

–Non, je ne connais rien. J'ai toujours vécu emprisonné par des chaînes invisibles par mon peuple. On ne voulait pas que j'explore des nouveaux horizons. C'est pourquoi je suis parti ... Et là je souhaite retourner chez moi pour tous les sauver ...

–J'espère que tu y arriveras. Le monde tel qu'il est me semble fascinant! Il y a tellement d'endroits magnifiques à voir qu'on ne pourrait tout visiter en une seule vie. Tu le savais que vers l'Ouest une grande contrée de neige dorée s'étendait à perte de vue?

–De la neige dorée? Qu'est-ce que c'est ?

–Euh, je crois que c'est le nom que l'on donne au sol de cette contrée de l'Ouest personne personne ne connaît le terme exact. Le royaume qui contrôle ses terres n'a pas de bonnes relations avec les puissances du continent. À cause de ça très peu de gens osent s'aventurer au-delà des frontières ... Le royaume s'exécute même les «aventuriers», ceux qui ont décidé de quitter cette terre pour aller dans une autre contrée voisine. Moi même j'en suis une! J'aimerais trouvé ASTER le continent perdu! Accepterais-tu de m'aider?

La dite aventurière tend le bras gauche vers le jeune garçon pour signifier qu'elle attendait une réponse. Elle sentit l'hésitation en regardant le visage peu expressif de son compagnon provisoire. Ce dernier baissa la tête en fermant les yeux avant de reprendre la parole dans un ton moins serein.

–Le danger qu'encoure mon peuple ... Si je ne fais rien ils vont tous mourir! Je dois les protéger avant qu'il soit trop tard. Je refuse donc ton offre.

–Une situation bien compliqué selon moi. Dis-le si je t'embête avec mes histoires d'aventures.

–Pas de soucis. Ça me change les idées. Du coup où se trouve-t-il ce continent perdu?

–D'après des rumeurs sur envisagerait sa localisation au Nord-Ouest de la contrée de la neige dorée. Il y aurait un bon nombre de légendes qui circuleraient là-bas ... Ils auraient pu être sur la piste de ce continent mais personne ne l'a trouvé de nos jours. À moins que quelqu'un a réussi à atteindre sans pouvoir revenir sur notre continent. Tout est possible. En tout cas je suis sûr qu'il existe et je ferais tout pour mettre un pied dessus.

–Ça donne envie de parcourir le monde cette histoire.

–Peut-être qu'un jour sur se recroisera dans un pays lointain de l'Ouest. J'ai bien compris que ta quête du moment te demande beaucoup de temps. Je t'encourage au mieux dans la réussite de ton futur sauvetage. Bon, il est temps que je me repose. Tu peux rester auprès du feu autant de temps que tu as envie.

Le garçon au bandana violet hocha la tête sans vraiment détourner le regard du feu. Il tenait dans une main le bâton avec lequel il avait mangé la viande cuite. Son autre principal libre restait sur la garde de sa lame en faisant des ronds avec ses doigts. La nuit était particulièrement froide alors que durant la journée les températures étaient plutôt normales. L'aventurière se glisse dans une petite tente d'une personne afin de dormir paisiblement.

Le jour suivant arrive rapidement pour le jeune homme. Il est venu de passer toute la nuit à fixer le feu de camp sans ressentir de la fatigue. Sa position était identique à celle dans laquelle l'aventurière avait été rendue avant d'aller se coucher. D'ailleurs celle-ci poussa un cri d'étonnement dès le passage de la tête hors de sa tente au réveil.

–Hein? Tu n'as pas bougé de la nuit?

–Je trouverais le sommeil que lorsque j'aurais sauvé mon peuple. Je suis pressé et je déborde d'énergie. Rien ne pourra m'arrêter. Je te souhaite une bonne continuation pour ton voyage PHINÉA!

–T'es bizarre toi! T'aurais pu me le dire hier soir au lieu d'attendre ce matin. Bonne chance monsieur «sans nom».

––Merci pour le repas! À la prochaine!

Quelques minutes plus tard le garçon avait quitté la forêt après derrière l'aventurière qui s'apprêtait à débuter un très long voyage vers l'Ouest. Plus que déterminé, il couru vite pour se rendre à sa destination désirée. Se remémorant la carte qu'il a récupéré la veille le jeune démon des montagnes arpenta une dizaine de routes les plus dangereuses pour finalement arriver au pied d'une montagne. Il Il repéra une marque dissimulée dans la pierre qui ressemble parfaitement à un symbole de son peuple. En touchant délicatement le contour de la forme un flash lumineux étincela pendant quelques secondes. Autour du garçon rien n'a changé. Pourtant une chose était différent, son comportement. Il marchait le long de la paroi de pierre pour s '

L'obscurité régnait à l'intérieur de ce couloir assez étrange. Presque toutes les 30 secondes la direction changeait comme par magie. Parfois à gauche, de temps en temps en bas ou encore vers le haut. Le jeune homme marchait donc sans s'arrêter espérant trouver la sortie au plus vite. En se concentrant un peu il arrivera à ressentir une vibration particulière qui habituellement ne résonne pas aussi fort. Le garçon accéléra la cadence allant même plus vite que le reste du couloir devant lui. C'est ainsi qu'il réussit à sortir de là. La clairière dans laquelle il profitait de son temps libre resplendissait encore plus qu'avant. Seulement il y avait un léger détail qui le troubla énormément. Il s'avanaça prudemment la lame hors de son fourreau. Une odeur émanée de la clairière envahissante toute la zone de la montagne. Le garçon se figea brusquement quand trouva gisant par terre le cadavre de ROANE. Elle était la découverte de blessures et son arme de baignade dans du sang. Auprès d'elle, il y avait d'autres démons de la montagne qui semblaient tout aussi mort. Il y avait même une douzaine de chevalier dans le même état. Une bataille avait certainement eu lieu dans cette clairière. Cela signifie donc que le jeune homme est arrivé trop tard. Son rythme cardiaque augmente furieusement. Prit de panique il commence à courir vers les habitations pour essayer de trouver quelqu'un de vivant. La plupart des maisons dans les murs de la montagne qui comportaient du bois étaient détruites. Celles faîtes que en pierre avaient résisté à l'assaut des chevaliers. Dans les crevasses de la totalité des totems ont été cassés. Le garçon rencontré encore un nouveau tas de cadavre sur son chemin. Il ferma les yeux pour obliger son esprit à penser à l'autre choisi. Il se présente devant la porte noire et rouge complètement essoufflé. Sans prendre le temps de récupérer un peu il est à l'intérieur de l'édifice dans lequel il avait fait un rituel bizarre quelques jours auparavant. Il est venu à peine de rentrer à l'intérieur qu'il a rencontré l'homme en toge doré et GRADMEIL dans des positions qui ne sont pas naturelles. L'orsqu'il tendit un bras vers eux il tomba par terre à cause d'une bourasque magique assez forte. Les deux hommes perdirent ensuite équilibre réaménagé des cadavres. Il ferma les yeux pour obliger son esprit à penser à l'autre choisi. Il se présente devant la porte noire et rouge complètement essoufflé. Sans prendre le temps de récupérer un peu il est à l'intérieur de l'édifice dans lequel il avait fait un rituel bizarre quelques jours auparavant. Il est venu à peine de rentrer à l'intérieur qu'il a rencontré l'homme en toge doré et GRADMEIL dans des positions qui ne sont pas naturelles. L'orsqu'il tendit un bras vers eux il tomba par terre à cause d'une bourasque magique assez forte. Les deux hommes perdirent ensuite équilibre réaménagé des cadavres. Il ferma les yeux pour obliger son esprit à penser à l'autre choisi. Il se présente devant la porte noire et rouge complètement essoufflé. Sans prendre le temps de récupérer un peu il est à l'intérieur de l'édifice dans lequel il avait fait un rituel bizarre quelques jours auparavant. Il est venu à peine de rentrer à l'intérieur qu'il a rencontré l'homme en toge doré et GRADMEIL dans des positions qui ne sont pas naturelles. L'orsqu'il tendit un bras vers eux il tomba par terre à cause d'une bourasque magique assez forte. Les deux hommes perdirent ensuite équilibre réaménagé des cadavres. édifice dans lequel il avait fait un rituel bizarre quelques jours auparavant. Il est venu à peine de rentrer à l'intérieur qu'il a rencontré l'homme en toge doré et GRADMEIL dans des positions qui ne sont pas naturelles. L'orsqu'il tendit un bras vers eux il tomba par terre à cause d'une bourasque magique assez forte. Les deux hommes perdirent ensuite équilibre réaménagé des cadavres. édifice dans lequel il avait fait un rituel bizarre quelques jours auparavant. Il est venu à peine de rentrer à l'intérieur qu'il a rencontré l'homme en toge doré et GRADMEIL dans des positions qui ne sont pas naturelles. L'orsqu'il tendit un bras vers eux il tomba par terre à cause d'une bourasque magique assez forte. Les deux hommes perdirent ensuite équilibre réaménagé des cadavres.

–Mais qu'est-ce qui se passe ici? Je suis entrain de rêver!

Le cri du garçon redoubla d'intensité à cause de l'écho. La main qui tenait son arme tremblait fortement. Il continua d'avancer vers l'autel dans l'espoir de tomber sur quelqu'un qui pourrait lui expliquer la situation mais ce ne fut pas le cas. En fin à moitié ... Il y avait bien une personne près de l'autel. Cependant de là à dire qu'elle soit encore vivante pour parler ce n'est pas si sûr. Reconnaissant immédiatement la veste à fourrure blanche et la ceinture en cuir du jeune homme se précipita jusqu'à l'autel.

–ZARLA, ZARLA!

Ses cheveux d'un beau noir de jais étaient maintenant teintés de sang. Ses yeux gris ternes fixaient dans le vide. Une plaie plutôt conséquente décorait sa poitrine. Elle respirait encore mais inévitablement elle allait mourir dans peu de temps.

–ZARLA tu m'entends? Qui a fait ça?

Elle a réagi au fils de la voix du jeune homme. D'un geste prêté et difficile elle plaça sa principale droite sur le visage de ce dernier.

–Fu ... Fuis ... C'est ... Dangereux ...

–Fuir? Dangereux? Mais pourquoi?

–Merci ... Pour tout ...

-Non ! ZARLA!

Le bras de la combattante percuta le sol dans un fracas immonde. Son regard livide montrait qu'elle venait de rendre son dernier souffle. En larme, le garçon étreignit le corps sans vie de ZARLA. En une journée il avait tout perdu. Il ne possédait plus aucune volonté propre. Il lui restait que les derniers mots de la fille morte sous ses yeux. Fuir le danger à tout prix. Mais même ça ça ne savait pas s'il était capable. Il est pertinent donc en titubant légèrement puis quitta l'édificie construite dans la pierre. Voir franchit la grande porte rouge et noire il distingue une ombre face à lui assis sur un rocher qui ne devrait même pas se trouver ici.

–T'es qui toi?

–Voyons! On n'apprend pas aux enfants de bien se présentant rencontrés rencontrent des inconnus?

–Est-ce que tu sais un truc sur ce qui vient d'arriver pour mon peuple?

–Plus ou moins ... Veux-tu connaître la version officieuse de mon histoire?

L'ombre restait floue alors qu'elle se levait du rocher et que ce dernier disparu instantanément. Ses jambes, si on pouvait appeler ça ainsi, étaient étonnamment grandes.

–Pour faire simple je m'ennuyais chez moi à rien faire. Vu que j'avais du temps a gaspillé j'ai voulu m'amuser un peu. J'ai alors remarqué que des petites fourmis préparaient un spectacle grandiose! J'ai su que j'allais prendre du plaisir à ajouter mon grain de sel dans ce stupide conflit. Seulement j'ai été très déçu par ces chevaliers. J'ai donc pris l'initiative de tout exterminer ... Voilà l'histoire officieuse. Celle qui sera officielle ne m'amuse pas car les gens sont ...

–Si je comprends bien tu es l'un des responsables de l'extermination de mon peuple?

–Interprètes mes propos comme ça te chante. De toute façon tu ne peux m'atteindre.

Essuyant ses larmes du revers de sa main le jeune garçon fusilla du regard l'ombre qui lui faisait le visage. Il pointa sa lame vers son ennemi pour charger de toute sa puissance. Il allait sauter mais ses membres restèrent figés.

–Ton amie t'avais bien précisé qu'il fallait fuir. La prochaine fois que je serais moins gentil lorsque ce genre d'événement se présente à moi.

–Mais t'es qui au juste?

–Je suis philosophie! Je suis néant! Je suis astral! Je suis terreur! Personne ne peut m'échapper. C'est trop tard ...

Un rayon lumineux s'échappa du corps de l'ombre se propulsant vers le garçon. Il cria de toute ses forces lorsque ce mystérieux rayon lui perça l'œil droit. Le jeune homme chuta sur la neige en perdant petit à petit connaissance.

Un véhicule roulait sur une route enneigée. Il n'y avait aucun animal qui le tirait. Ce genre de véhicule n'est pas très courant dans cette partie du monde. Au bout d'un moment un homme entièrement vêtu d'une passe de tête à l'extérieur pour constater le temps qu'il faisait. Le soleil était entrain de se coucher progressivement. Le véhicule longeait une grande chaîne de montagne. L'homme à la toge s'exclama quelques minutes plus tard dans un ton neutre.

–Maître! Regardez là-bas!

Le moyen de locomotion stoppa tout mouvement. Une autre personne sortit du véhicule. Plus grand et imposant on pouvait tout de suite dire que cet individu avait beaucoup d'influence. Il fixa l'endroit que l'homme à la toge montrait du bras.

–YARVIN DE NORVUN!

–Bien reçu maître. Je le fais tout de suite.

L'homme ramassa quelque chose au loin avant de le ramener au véhicule. Tout de suite après ces mystérieux voyageurs continuèrent leur chemin sans aucun arrêt jusqu'à leur destination finale.


Qu'en avez-vous pensé?

À bientôt pour le chapitre 4.