L'épouvantail, la grande pieuvre.

A force d'en rêver, la liste de ces petits noms s'agrandit naturellement.

Lorsque j'ai eu cette idée impulsive d'envoyer le premier commentaire, ce fut avec un esprit neutre, ne connaissant pas encore. J'étais confiante. Quand j'y pense, chaque fois je me dis que c'est vraiment venu de nulle part. Poster un petit message insignifiant, légèrement maladroit provoque par la suite des songes récurrents qui n'ont rien de normaux. Ils sont bien porteurs de messages.

Vous ne possédez pas forcément de connaissances dans ce domaine et vous ne vous posez la question. Et pourtant, avec le recul, vous réalisez que les sensations qui avaient commencé à se manifester timidement étaient les prémices de cette aventure particulière. J'aurais aimé qu'une sorte de divinité supérieure me le fasse comprendre de suite. Ca m'aurait fait gagner du temps. J'ai l'impression de patauger dans de la semoule gluante.

80 ans et vous n'avez toujours pas percé le mystère.

-Ca fait maintenant 62 ans. Qu'est-ce que ça peut bien être?

Parfois, je m'imagine ce genre de scène. Comique, non! J'avance à la lenteur d'un escargot. Progresser doucement mais sûrement? On aurait une espérance de vie non limitée, j'y serais encore avec le bol que j'ai.

Consultez un voyant? Oh! Quelle bonne idée!

-Je vois, je vois …. Rien.

Payant ou gratuit, souvent le résultat est identique. Merdique!

Je dois sans doute ne pas le savoir car on me fait barrage. Serait-ce le gardien de sa porte? Celle-ci est tellement bien verrouillée que d'essayer de l'enfoncer me vaudrait une épaule déboîtée. Il m'arrive d'imaginer de secouer l'importun de mes matins depuis, lui ordonnant sèchement, énervée, de me dire ce qu'il sait. Mais en serait-il conscient lui-même s'il ressentait cet autre monde?

-Mais qu'est-ce que c'est? Pourquoi je sens cette année, le lycée, une possible relation sentimentale?

Probablement pas. Frustrant et agaçant à la longue. On secoue le cocotier magique et voir ce qu'il en tombe? Oh! C'est vide! Quelle surprise!

J'ai le droit d'avoir une réponse. Et ça doit être pour MAINTENANT! Alors bougez votre cul et mettez sur mon chemin cette opportunité providentielle. Attendre dans sa vie malgré les efforts, c'est se foutre de ta gueule. J'estime que de passer dans la file des prioritaires est légitime à présent. Exaucez pour une fois!


Juillet 2018:

Je cherche, je cherche. ….

-Tiens! Ce morceau irait bien pour ma fan fiction.

Je le connaissais déjà et pas un seul mais seulement en passant. Et je découvre réellement quelques année plus tard.

-Allez! Je prends.

Vous savez ce que c'est. Vous appréciez, vous en découvrez d'autres et au fur et à mesure vous continuez. Et un jour, l'une des chansons que vous écoutez attire votre attention. Principalement la vidéo. Ce que vous parvenez à sentir, voir à travers relève d'une pratique assidue, quotidienne. C'était un dimanche, en novembre 2017. Pourquoi ressentir une maison parentale dans laquelle vous vous rendez quelques fois, passant le week-end? Je me suis activement questionnée. Ce n'est qu'un an plus tard environ que ça s'est présenté plus visiblement. C'est comme sentir une odeur et essayer de saisir la forme que ça prend concrètement. Voilà à quoi je m'amuse. Serait-ce de la clairsentience par moment?

Qui sait!

Je n'ai pas de flashs, je sens.

Cette maison que j'avais donc sentie était celle des parents du petit ami. Cette sensation s'est imposée, devenant stable jusqu'à me certifier que je ne me trompais pas.

Les rêves ont été provoqués par mon premier commentaire et les premiers ressentis par la musique. Si je n'avais pas gazouillé, ça n'aurait rien changé. A part ramener sans le vouloir, le visiteur qui est devenu matinal.

Connaissez-vous le groupe Domeonesis ? Un mélange de métal funk alternatif à leurs débuts avant de l'adoucir par un rock aux sonorités divers et organiques. Des aliens venus d'une planète appelée Zyrion.

Je vous présente Kerry Dyold, le chanteur, leader de ce groupe talentueux et à qui j'ai Tweeté.

Si j'avais fait la curieuse et que j'avais vu comme il s'était transformé physiquement, par peur, je n'aurais pas fait cette connerie. Si on pouvait me ramener au 13 janvier 2018 afin de ne rien envoyer. Me le taper dans mon sommeil, ça épuise. Et je ne parle pas que de sa présence.

Monsieur n'est pas timide. Très entreprenant, dominateur, la possession à tout prix, voilà à quoi j'ai droit.

Mon premier rêve:

Dehors, assis sur des petites marches d'un mobile home, un gars qui travaille comme technicien me tend une clé, me disant que "Kerry" veut que je vienne à la répétition. Je comprends que c'est un langage codé qui signifie clairement; Il veut que tu vienne chez lui, plus tard. Nous avons apparemment une relation discrète, désirant moi, que personne ne soit au courant. Je la prends et ensuite je me retrouve propulsée dans un autre lieu, comme si on m'avait fait sauté quelques scènes même si c'est dans un court métrage.

Je porte une serviette bleu foncé, je me dirige vers une cabine de douche qui ressemble aux toilettes dont on se sert sur les chantiers. Mais avant, j'ai accepté l'invitation du technicien juste pour embêter "Kerry". Vraisemblablement, nous avons rompu. Et lorsque je marche vers l'une des cabines, je vois comme une caméra. Son expression renfrognée, très mécontent que je sois sur le point de sortir avec quelqu'un de nouveau. Il enfourne de la nourriture dans sa bouche et je réalise que c'est une cantine qui se situe près des douches. Cabines de douches= vestiaires, réfectoire=lycée. Je m'en rends compte encore plus à cette seconde. C'était l'indice codé également. Le lycée, l'adolescence. C'est ça que l'on voulait me montrer.

Pour terminer, je me trouve dans ma véritable chambre et monsieur place sa main directement dans mon pantalon. Je vous épargne de vous faire un dessin. C'est très étrange car j'ai pu sentir la main baladeuse, plus que pénétrante et la douleur. Comme quand vous êtes vierge. Presque paranormal!

-Fais pas ta prude.

Je me souviens encore de ses paroles que j'avais distinctement entendues lors d'un autre songe.

Allongés sur un lit, je tentais de le repousser et me regardant avec autorité, j'ai eu droit à ses mots très romantiques.

Mince comme il est, 1m 87, ses longs cheveux foncés, il me fait penser à la petite qui sort de son puits dans le film; Le Cercle. Vous voyez le genre?

On se demande comment une personne peut se métamorphoser d'une manière aussi radicale. N'aurait-il pas changer de corps, un esprit ne se serait-il pas emparer de lui tout simplement? Désolée, mais il me fout la trouille avec ses yeux de diable. Dans la dernière vidéo sortie récemment, l'effet qu'il m'a fait. Et les filles le trouvent beau ? Faut mettre des lunettes car la vue est mauvaise. Si je pouvais, je leur refilerais bien. Elles seraient heureuses d'en rêver.

Et sortir aussi. Je ne leur donnerais pas un mois pour revenir en pleurant. Ca serait bien fait. Cauchemarder la nuit en se réveillant à ses côtés. Au secours! Trop tard!

Il n'y a que son chien qui est mignon.

Comment une fille sensée pourrait?

-Une minute. Tu permets. Je vomis.

Je préférerais sortir avec Fétide Addams. Et en parlant de cet autre film, je l'aurais bien vu en membre de cette famille. Il aurait été encore plus effrayant.

Vous le déguisez avec des cornes, un corps de bouc, vous lui mettez des lentilles de couleur rouge, vous lui colorez les cheveux en noir … Voilà le démon!

Quand quelqu'un vous inspire la répugnance, vous ne pouvez pas vous forcer, même à être gentille.

Où ces qualités sont-elles cachées? Dans son cerveau plus que bien nourris et son talent. Il y a en certainement un peu plus en stock mais ce n'est pas ça que j'aperçois. Je reconnais que les propos que je maintiens sont méchants. Je ne peux pas lutter contre cependant.

Ca pourrait être considéré comme de l'ingratitude car cette adolescence ressentie à de bonnes vibrations en majorité.

La première sortie se fait au cinéma, se donnant rendez-vous dans un parc très joli, le second, dans un centre commercial. Nous allons manger une glace et quelques loisirs en rabe offerts qui suivent sur une longue durée. C'est généreux. Ce que j'apprécie est ce que je vis et non pas avec qui je le vis. J'isole.

Vous devez vous demander si cet artiste connu m'a déjà retweeté ou aimé un de mes tweets améliorés pendant ces deux mois? Pas du tout. J'en aurais davantage rêvé si ça se trouve. Non, merci! Pour une fois finalement, je ne me suis pas considérée comme malchanceuse.

Dernièrement non plus.

Nous sommes nombreux à faire des vœux. Et lorsqu'ils sont de nature surnaturelle, impossible qu'ils puissent se réaliser. Après en avoir souhaiter un, plus ou moins en l'air et de mauvaise humeur, j'ai tellement dû le formuler avec détermination et énergie féroce involontairement que j'ai l'impression que ça a été entendu. La sensation que l'on me ferait remonter dans le temps. Je suis sûrement bonne pour l'internement.