Ciemno savait ce qui l'attendait cette fois, il savait qu'après avoir été un esclave de Porphyrion, le plus grand gérant d'esclaves, marchand noir et patron de la mafia du royaume, après avoir participé aux combats souterrains de Levigm et pour faire partie de la misérablement considérée famille Nihifaere, ce qui l'attendait était certainement la mort.

Il sourit aux gardes, leur demandant comment ils supposaient qu'il allait s'échapper, son but n'était que de les narguer, leur dirigeant avait après tout massacré des dizaines de milliers de personnes notamment sa propre famille.

Cependant, il arriva devant Oryon, le dirigeant du Sénat de Levigm, sans sourire, l'idée de se retrouver devant le Sénat en entier et la famille régente de Maldifib amenait une certaine crainte dans l'esprit du jeune homme.

Le Sénateur fut le premier à parler: «Ciemno Nihifaere, vous êtes accusé de combats illégaux, de vols et de vénération d'un Dieu impie, Marauer, le Dieu Traître, pour ne pas le citer.»

La Reine de Levigm, Ellia Maldifib, leva la tête à ce moment, regardant d'un air mi-attristé, mi-comblé le garçon aux cheveux d'ébène, et questionna le Sénat sur l'utilité de leur, et de sa, présence ici, la leur étant pour le fait que le Sénat avait probablement autre chose à faire que de juger un simple criminel et la sienne étant pour le fait que, Levigm étant une monarchie constitutionnelle, la reine n'avait pas le moindre pouvoir décisionnaire dans ces jugements.

Ciemno demanda la parole et lorsqu'il l'obtint, ne fit que faire remarquer que l'une des accusations, et la plus grave dans le Saint-Royaume de Levigm, était fausse, si il était vrai que sa mère et ses ancêtres maternels vénéraient Marauer, lui ne l'avait jamais fait.

Le régent toisa Ciemno avant de reprendre la parole: «Bien, peu m'importe à vrai dire, le simple fait que vous soyez un Nihifaere suffirait à vous condamner à mort. Cependant, nous vous donnons une bonne chance de rédemption, il n'y a pas longtemps, nous avons observé une énergie venant de la Contrée Marauenne, vous aurez le devoir de vous renseigner sur cette énergie et de servir, en tant qu'esclave si il le faut, le groupe envoyé en mission.»

Ciemno sentit tout le dédain et la haine d'Oryon envers lui et la condition d'esclave ne lui plaisait guère mais il savait que le Sénateur ne laissait aucun choix aux accusés, à lui en particulier. Il trouvait aussi particulièrement intéressant, mais aussi dérangeant, d'aller dans la Contrée Marauenne, lieu originel du Culte du Dieu Traître, et de fouler la terre de ses ancêtres.

Le Nihifaere sourit, regarda Oryon et hocha la tête, acceptant la sentance.